Une villa qui ne laisse pas de traces

Cadastre de Pully datant de 1689, le plus ancien conservé. On remarque la mention « Prioré de Pully » au centre sur la droite. MAY CASTELLA (C.) (dir.), La villa romaine du Prieuré à Pully et ses peintures murales. Fouilles de 1971-1976 et 2002-2004, Cahiers d’archéologie romande, Lausanne, 2013, p. 15, fig. 2. Archives communales de Pully.

Ce plan cadastral de Pully est le plus ancien conservé à ce jour. Pourtant, sur ce document, si le Prieuré de Pully et le temple sont localisés, il n’est fait aucune mention de la villa romaine, preuve que le monument a sombré dans l’oubli au fil des siècles.

Le 20e siècle