L’habillement et la parure

Lors de votre visite, vous n’avez pas pu vous empêcher d’admirer les beaux vêtements des habitants de la villa, tout particulièrement ceux de la matrone. Elle portait une tunique en guise de sous-vêtement et un large tissu, comme un châle, autour de ses épaules et ses hanches. Elle possède des vêtements en soie de couleur vive, un tissu très cher qui transite par la route de la soie depuis l’Empire chinois. Le maître de maison porte, quant à lui, la célèbre toge romaine. C’est un grand privilège d’en porter une, car seuls les citoyens romains ont le droit d’en posséder.

Les affranchis et les esclaves portent des vêtements plus simples. Leurs tuniques sont généralement plus courtes et sans manches, afin de faciliter les mouvements lors de leurs travaux. Leurs habits sont faits en lin ou en laine, des matériaux plutôt bon marché.

Parfois, certaines Helvètes ou Gauloises préfèrent s’habiller à la mode celtique avec une robe attachée aux épaules à l’aide de broches appelées fibules. La mode change également très vite. Les femmes essaient d’imiter les parures et la coiffure dictée par l’impératrice, l’épouse de l’empereur à Rome. D’ailleurs vous ne le savez peut-être pas, mais la matrone est habillée et coiffée à la dernière mode, avec ses cheveux remontés en chignon sur la nuque, avec seulement quelques mèches bouclées qui retombent sur ses épaules. Elle est même très joliment maquillée avec du bleu sur les paupières et un peu de rouge à lèvres.

Le dominus est coiffé plus simplement, avec ses cheveux coupés courts et la barbe rasée, comme la plupart des hommes de la région.

Fragment d’épingle en os utilisée pour la coiffure, découvert lors des fouilles de la villa de Pully. © ArchéoLab.
Nécessaire de toilette découvert dans la villa de Pully. L’extrémité arrondie sert notamment de cure-oreille. © ArchéoLab.

La religion