Les lignées de chiens

Les lignées de chiens

De quelle(s) espèce(s) descendent les lignées actuelles de chiens ? Les différents candidats en lice sont bien sûr le loup (Canis Lupus) mais également d’autres espèces du genre canis comme le chacal, le lycaon, le coyote, le renard ou encore le dingo.

Les scientifiques semblent aujourd’hui s’accorder sur le fait que le loup est l’animal sauvage le plus proche des lignées actuelles de chiens. Plusieurs études ont permis de montrer que la distance génétique entre le chien et le loup n’est que de 0,2% alors qu’elle est par exemple de 4% entre le chien et le coyote : études plaçant donc le loup comme seul ou en tout cas principal ancêtre du chien, comme nous le disait déjà La Fontaine : « Le chien, un loup rempli d’humanité ».

Chien, animal ambivalent, soupçonné de véhiculer des maladies. Coupe attique à figures rouges du peintre d’Evergidès, vers 500 avant J.-C., Oxford Ashmolean Museum.

Les chercheurs ont longtemps pensé, en s’appuyant sur la diversité génétique observée dans le génome des chiens d’Asie, que le berceau de la domestication du chien était à situer sur le continent asiatique. Ces chiens seraient ensuite arrivés en Europe par le biais de migrations de populations. Or, des ossements de chiens datant d’environ 15000 ans ont été retrouvés en Europe, époque à laquelle les mouvements humains étaient très faibles voire inexistants. Une équipe de scientifiques pilotée par des chercheurs de l’Université d’Oxford et, composée entre autres de chercheurs français du CNRS, a donc analysé une soixantaine d’ossements de chiens européens vieux de 3000 à 14000 ans, en les comparant aux chiens et loups actuels d’Europe et d’Asie. Ces recherches ont montré qu’il a dû exister deux foyers contemporains de domestication du chien : l’un en Europe et l’autre en Asie. Mais comment expliquer alors la diversité plus importante dans le génome des chiens d’Asie ? À force de mouvements de populations, le chien d’Asie est en fait très probablement arrivé en Europe et a peu à peu effacé les lignées de chiens domestiquées en Europe jusqu’à leur disparition totale, il y a environ 3000 à 4000 ans. Il a donc bien dû exister deux foyers contemporains de domestication du chien séparés de 8000 kilomètres !

Les archéozoologues s’accordent aujourd’hui à dire que les anciens loups sont les ancêtres des lignées actuelles de chiens, mais la lignée qui a donné les chiens actuels n’a pas encore été clairement identifiée parmi les ossements d’anciens loups. Le cas des « chiots de Toumat » (du nom d’un village en Sibérie) est très intéressant et prometteur : deux chiots datés d’environ 12500 ans ont en effet été retrouvés intacts (fourrure, organes, contenu de l’estomac…) en 2011 dans le permafrost de la toundra russe. Leur cerveaux ont été extraits et des analyses sont en cours. Les corps des deux chiots ont été mis au jour à proximité d’os de mammouths coupés et brûlés attestant une présence humaine : ceci signifie que ces chiots étaient peut être domestiqués. Même s’ils ne l’étaient pas, leur intérêt reste très grand car les scientifiques qui les étudient pensent qu’ils pourraient être de la lignée des anciens loups qui a abouti aux lignées actuelles de chien !

Proverbes mésopotamiens